Patrimoines d’exception – Les trois églises de Mahone Bay

Lorsqu’on s’intéresse au patrimoine religieux canadien, difficile de faire l’économie des apports importants des différentes dénominations protestantes partout sur le territoire. Représentant environ 40 % des chrétiens canadiens, les protestants sont majoritairement partagés entre l’Église unie du Canada, l’Église anglicane et les multiples établissements évangéliques, même si une certaine cordialité est entretenue entre les confessions. C’est ce trait caractéristique du protestantisme canadien qui se reflète dans le charmant paysage que constituent les trois églises patrimoniales de Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse.

Un petit mot d’abord sur l’histoire de cette communauté organisée autour d’une baie située sur la côte sud de la péninsule néo-écossaise. Afin de peupler cette région — située non loin de Lunenburg — vidée des anciens habitants qu’étaient les Micmacs et les Acadiens, le gouvernement britannique chercha à y installer des colons protestants au courant des années 1750. De nombreux Allemands, Suisses et même Français s’y établirent dès lors, amenant leurs croyances avec eux.

Cette diversité d’origine chez les fondateurs de Mahone Bay amena dès les premiers temps une grande diversité confessionnelle, de telle sorte que les communautés, peu nombreuses, ne se sont pas immédiatement dotées d’un lieu de culte local, préférant se réunir à Lunenburg. C’est en 1833 que quatre confessions — les luthériens, les méthodistes, les baptistes et les presbytériens — se sont réunies pour occuper un édifice sur la rue Edgewater où elles célébraient le culte à tour de rôle. Un véritable exemple d’œcuménisme !

Peu à peu, certaines confessions quittèrent l’édifice pour construire leur propre église. En 1885, on déplaça le bâtiment sur une distance de presque 500 mètres afin de le rapprocher du centre du village. Il devint alors voisin de l’église St. John’s Evangelical Lutheran qui s’était établie au bord de l’eau dès 1866. C’est dans les mêmes années que s’établit aussi, aux côtés de l’église luthérienne, l’église anglicane St. James, complétant ainsi le trio des églises patrimoniales de Mahone Bay. Le premier bâtiment préserva son caractère collégial en devenant, en 1925, la Trinity United Church, affiliée à la toute récente Église unie du Canada.

Lorsqu’on les regarde de l’autre côté de la baie, les trois églises offrent un paysage pittoresque et harmonieux, bien que chaque bâtiment garde ses éléments distinctifs. Le bâtiment le plus à gauche, c’est-à-dire l’église anglicane St. James, se distingue par la flèche élancée de son clocher et sa couleur jaune caractéristique. Elle est l’œuvre de l’architecte William Critchlow Harris qui a conçu de nombreuses églises impressionnantes dans les provinces maritimes.

L’église du centre est la St. John’s Evangelical Lutheran qui conserve probablement le mieux la mémoire des premiers colons allemands qui se sont établis dans la région. Dotée elle aussi d’une flèche remarquable, elle a été rénovée en 1903 afin de lui adjoindre une école du dimanche. La simplicité de ses lignes et son blanc immaculé évoquent la pureté.

Enfin, l’église de droite, la Trinity United Church, est la plus vieille du lot. Elle se distingue aussi par un clocher aux accents gothiques qui ne se termine pas par une flèche, mais ressemble plutôt aux créneaux d’un château fort. Cette configuration est une modification tardive, faite en 1926. En effet, le clocher initial était similaire aux deux églises voisines, mais il fut considéré comme dangereux et l’on procéda alors à son démantèlement.

Fidèles à leurs habitudes de coopération, les trois églises ont créé, en 2013, une fondation commune afin d’assurer leur préservation mutuelle. Cette collégialité remarquable, présente dès l’établissement des colons du 18e siècle, est un témoignage fort pertinent de coopération et de bonne entente. Et en plus, elles offrent un superbe panorama, ces trois églises. N’est-ce pas inspirant ?

Appel à tous : N’hésitez pas à m’écrire au simon.maltais@novalis.ca afin de me suggérer d’autres lieux exceptionnels du patrimoine religieux québécois ou canadien.

Image : Les célèbres trois églises de Mahone Bay, Nouvelle-Écosse, Canada, Nicole Nicky (2014)

8 Comments

  1. Merci pour l’histoire, on ne peut oublier ce panorama lorsqu’on arrive à Mahone Bay!

  2. il faudrait convertir une des églises en zone de verdure, de partage, de charité, de boulangerie, de lecture, de chorale et d’adoration.

  3. il faudrait une description de ce que pourrait être un patrimoine d’intérieur d’exception.

  4. au lieu d’ouvrir les églises une fois par semaine, il faudrait profiter des églises avec des activités réparties sur toute le semaine.

  5. entre dieu qui est tout puissant et la petite église de quartier, il devrait y avoir un cheminement catholique qui permettrait aux paroissiens de vivre une expérience catholique, de cultiver la foi et de vouer un culte spirituel à dieu.

  6. les constructions sont belles, mais il faudrait aussi transformer le tout en patrimoine culturel catholique pour que les gens de toutes les provinces puissent s’y rendre.

  7. il faudrait utiliser ces patrimoines d’exception pour qu’ils deviennent des lieux de pèlerinage, de parole papale, sanctuaire saint et de culture catholique.

Laisser un commentaire