De Brejnev à l’enfant handicapé: Jérôme Lejeune, un humble génie

 C’est cette semaine l’anniversaire de décès du scientifique français Jérôme Lejeune. Cela me touche particulièrement pour avoir eu l’occasion de lui serrer la main un jour, après l’avoir entendu en conférence…

Avec une douceur qui n’enlevait rien à l’acuité du propos,  il fut un homme qui, par sa parole, défendit la paix, dans l’ombre, et sans n’avoir jamais voulu sortir de ce rôle caché. Tout comme il le fera également pour soigner les personnes parmi les plus vulnérables de nos sociétés.

1979-1989 : Invasion des Soviétiques de l’Afghanistan

Ce fut l’une des dernières crises importantes de la guerre froide entre les États-Unis et l’URSS. Devant la montée des tensions, le pape Jean-Paul II, très préoccupé par la menace nucléaire toujours présente, enverra une délégation à Brejnev, la première accueillie en URSS de la part du Vatican depuis la révolution russe. Dans cette délégation de trois personnes se trouvera l’un des plus grands spécialistes des conséquences des radiations nucléaires sur les populations : Jérôme Lejeune s’entretiendra avec Brejnev le 15 décembre 1981.

Et il n’en parlera pratiquement jamais. Parce que ce grand scientifique n’était pas là pour parler de lui, mais pour prendre soin des plus vulnérables. Lors de sa conférence à Montréal, comme dans bien d’autres qu’il donnera dans sa vie, Jérôme Lejeune parlera de ses enfants chéris adoptés, les personnes trisomiques.

Parce qu’il recherche ardemment, après avoir découvert le gène de la trisomie 21, la façon de guérir ses personnes handicapées intellectuellement. Ce sera la tâche de sa vie.

Lorsque j’ai eu l’occasion de le rencontrer et de l’entendre, de lui serrer la main, ce qui émanait de sa personne était l’écoute de l’autre, quel qu’il soit. Il était en mission pour ses enfants. Et il demeure pour moi un modèle à faire connaître.

Jérôme Lejeune parlait de ses enfants, de ses frères et sœurs adoptifs, de ceux qu’il aimait véritablement. Pour lui rendre hommage aujourd’hui, 22 ans après sa mort, je ne peux donc que l’imiter et ne peux terminer ce témoignage qu’en vous présentant ce magnifique et court vidéo sur les personnes trisomiques, alors que s’est déroulée dernièrement la journée mondiale de la trisomie 21 :

Et vous, qu’en pensez-vous? Quelle est la place des personnes trisomiques et des personnes avec un handicap dans nos sociétés?

Image : David Galalis : Exhibit on the Jerome Lejeune Society, (2012)

Laisser un commentaire