Une Présence pertinente et bienvenue

Je ne sais pas si c’est votre cas, mais en général, je suis assez déçu de la manière avec laquelle le fait religieux est couvert au Québec. Je n’y vois nulle intention diabolique du type « complot franc-maçon », je crois plutôt que c’est dû à l’ignorance des journalistes des médias de masse concernant la religion. Les gens d’Église, parfois inconscients de la situation du fait qu’ils baignent dans la réalité ecclésiale et le jargon qui l’entoure, ne s’aident pas toujours, c’est vrai; mais quand même, il me semble que chaque fois qu’un papier « religieux » sort dans La Presse, dans Le Devoir, etc., je relève des énormités. Des énormités qui ne contribuent guère, en général, à élever le niveau de compréhension – et de sympathie – des Québécois à l’égard de l’Église et du christianisme.

Il y a plus encore que le traitement déficient : le choix des sujets influence grandement la perception et la connaissance que l’on a du fait religieux. Depuis l’élection du pape François, par exemple, on peut avancer sans se tromper que le souverain pontife a raflé 90%  de la couverture médiatique du fait religieux au Québec. Dans une logique marchande, ça se justifie sans doute; dans une perspective d’idéal informationnel sur l’Église ou la religion, c’est moins reluisant.

La situation n’est pas nouvelle. En 1972 déjà, Claude Ryan souhaitait la création d’un journal d’inspiration chrétienne, un peu dans le genre de La Croix. Mais lancer un nouveau journal, dans un petit marché comme celui de l’Amérique du Nord francophone, c’est toute une aventure financière…. Aujourd’hui, le Web rend cette aventure moins périlleuse, même s’il est évident que même un portail virtuel d’information religieuse ne peut guère prétendre s’autofinancer.

Mais trêve d’histoire, voilà où on en est aujourd’hui : depuis jeudi passé, le portail Présence information religieuse  ( presence-info.ca ) est lancé, et s’ajoute donc aux autres sources existantes, comme Proximo et Actualités+. Piloté par Philippe Vaillancourt, qui a fait ses armes en journalisme religieux avec son blogue Crayon et goupillon, le portail, dont le nom rappelle évidemment les belles années de la revue dominicaine Présence, abrite déjà plus d’une vingtaine d’articles. Sa facture visuelle, raffinée, crie haut et fort ses ambitions.

Des articles sur le pape ? Y’en a un, oui. L’équipe de Présence-info a ses entrées au Vatican, et nul doute que les principaux faits et gestes du Saint-Père seront rapportés – et analysés à l’occasion.

Mais il y a bien plus encore, comme l’indique le nom des articles suivants : « Six ans de prison pour un prêtre pédophile à Chicoutimi », « La fraternité en toute simplicité », « Raymond Poisson nommé évêque de Joliette », « Le prix œcuménique à L’orchestre de minuit », etc.

En rédigeant un article sur la peine d’emprisonnement d’un prêtre québécois, les journalistes de Présence-info montrent qu’ils n’ont pas l’intention de faire dans le simple relais institutionnel ni dans la relation de presse. Le respect pour l’institution ne signifie pas qu’un événement la mettant dans l’embarras doit être balayé sous le tapis. Bref, il est permis d’espérer qu’on aura droit à du véritable journalisme indépendant.

Et puis lire un article sur la Fête des Tentes qu’organise chaque été à l’Île d’Orléans la famille franciscaine du Québec, c’est assez rafraîchissant. Pas le genre d’événement à faire la première page du Journal de Montréal. Mais de savoir que cette tradition se perpétue et se renouvelle, voilà qui donne un aperçu de la vitalité de la foi chrétienne chez une certaine frange de la jeunesse québécoise. À force d’être renseigné avec rigueur sur ce qui constitue la vie de l’Église (et plus largement la réalité religieuse, chrétienne ou non) d’ici, on finira bien par en avoir un portrait un peu plus juste… et peut-être davantage porteur d’espérance. Car les gros scandales, on les connaît par la presse généraliste. Mais les petites initiatives positives, beaucoup moins.

Reste à espérer que Philippe Vaillancourt, François Gloutnay et leurs collaborateurs réussiront à maintenir leur niveau d’excellence. En tout cas, ça augure bien.

Photo: Alex Steffler, Reporter (2006)

2 Comments

  1. Malheureusement ces organes de presse dont vous parlez, nous savons, dans les instances québécoises, de « qui » ils relèvent, leur demeure de Charlevoix les mets à l’abri de toute évangélisation possible je pense.

  2. Il était temps, les autres religions ont tous un portail électronique.

Laisser un commentaire