Et maintenant quelque chose de complètement différent

Comme vous le savez, 2017 est l’année d’un important jubilé pour de nombreux Québécois. Et afin de souligner celui-ci et de valoriser des exemples positifs de conservation du patrimoine, je souhaiterais vous présenter une superbe église qui fait partie intégrante de l’histoire de l’agglomération jubilaire.

Vous l’avez deviné, je parle ici bien sûr de… Boucherville, petite ville de la Rive-Sud de Montréal qui fête ses 350 ans en 2017! Et le lieu de culte que je souhaite vous présenter est bien sûr l’église Sainte-Famille, un véritable trésor d’architecture et d’art religieux du 19e siècle. Construite en 1801 à partir de pierres des champs dans la plus pure tradition des églises de village québécoises, Sainte-Famille se distingue nettement par sa longue histoire, son environnement bien préservé et son intérieur abondamment décoré. Permettez-moi de vous la décrire un peu.

L’église actuelle est la troisième de la paroisse et fut érigée afin de pourvoir aux besoins grandissants de la communauté. L’enveloppe extérieure survécut même au terrible incendie de 1843 qui ravagea plus de 200 bâtiments au village. Mieux encore, grâce à l’héroïsme du curé de l’époque, une grande partie du mobilier et des ornements religieux ont été sauvés des flammes. Si bien qu’encore aujourd’hui, l’église accueille de nombreux objets d’art de grande qualité, notamment un tabernacle datant d’avant 1745 ainsi que de superbes fonts baptismaux.

Sainte-Famille se situe en plein cœur du vieux Boucherville et fait partie d’un ensemble institutionnel plus large auquel faisait autrefois partie un ancien couvent des sœurs de la congrégation de Notre-Dame et un presbytère. Son emplacement privilégié, face aux Îles de Boucherville, est présentement rehaussé par une statue du Christ. L’église et ses œuvres d’art ont été classées monument historique dès 1964, mais le site entier est maintenant sous une aire de protection plus large.

Sainte-Famille est l’exemple parfait des petits bijoux patrimoniaux qui parsèment le Québec et qui résistent bien au passage du temps. D’ailleurs, si vous souhaitez visiter cette église bientôt, pourquoi ne pas en profiter pour fêter le 350e anniversaire de Boucherville en assistant à un concert de l’Orchestre symphonique de Longueuil qui s’y produira dès le mois d’avril?

Le patrimoine religieux du Québec, ce n’est pas qu’une histoire de mauvaises nouvelles!

Source : Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (2003)

Image : Réal Filion, Boucherville, église Sainte-Famille (2010)

3 Comments

  1. Bonjour M. Maltais,

    du moderne à l’ancien, vous nous faites traverser des paysages patrimoniaux qui ne sont pas sans poser une question fondamentale en ces jours qui voient les fermetures répétées de nos églises: la pérennité.

    Ne croyez-vous pas le moment venu de colliger tous ces artéfacts significatifs du passé ancien et récent de notre foi et de les présenter pour leur beauté et leur signification propre dans un musée de l’Église? Éparpillés à l’échelle du Québec, souvent mal entretenus, parfois exposés à des risques inutiles ou tout simplement cachés, ils pourraient se déployer de façon thématique en un lieu propice à leur interprétation propre. Combien la bibliothèque des Sulpiciens rue St-Denis à Montréal eut été un endroit parfait!

    Entrer au musée n’est pas entrer dans la mort, c’est accéder à une nouvelle pédagogie de la foi qui peut transcender tous ces petits lieux de curiosités que s’offrent certaines églises.

    Bon weekend!

    • Bonjour monsieur Lalonde!

      Des efforts d’inventaire sont déjà déployés par plusieurs organismes, mais je me permet de souligner deux d’entre eux particulièrement féconds malgré que ce soit des projets en cours :

      – L’inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca) s’intéresse au patrimoine bâti et offre une fiche descriptive pour tous les bâtiments recensés.
      – L’inventaire du patrimoine immatériel religieux du Québec (www.ipir.ulaval.ca) recueille des témoignages écrits, audio ou vidéos sur toutes sortes d’éléments constitutifs du patrimoine (notamment des pratiques ou des traditions) dont la composante matérielle ne suffit pas à en préserver le sens.

      Dans les deux cas, ces outils gagneraient grandement à être diffusés davantage, ce qui nous amène sur le terrain de la transmission. À cet égard, j’en conviens que nous avons encore beaucoup de travail à faire.

      Bonne journée!

  2. Pour les intéressés, l’église Sainte-Famille vient tout juste d’ouvrir un nouveau musée d’art sacré dans sa sacristie afin de mettre en valeur sa grande collection d’objets de culte. Raison de plus pour aller y faire un tour!

Répondre à jacqueslalonde Annuler la réponse.