Patrimoines d’exception — Synagogue Beth Scholomo

Au tournant du 20e siècle, de très nombreux Juifs russes firent face à une recrudescence de violence qui visait autant leurs biens que leurs personnes. Pour échapper à ces pogroms, plusieurs d’entre eux immigrèrent en Amérique du Nord, en particulier à Montréal, et se joignirent aux communautés déjà existantes. L’arrivée massive de nouveaux arrivants — entre 1875 et 1921, on passe de 500 juifs montréalais à plus de 45 000 — amena la naissance du premier quartier juif de Montréal, centré sur le boulevard Saint-Laurent.

De nos jours, ce premier quartier s’est effrité et plusieurs communautés se sont déplacées ailleurs sur l’île, notamment dans les quartiers Snowdon et Côte-des-Neiges. Cependant, une synagogue est toujours active sur le territoire de ce quartier juif historique, soit la synagogue Beth Scholomo — ou Temple Solomon — qui exemplifie admirablement toute la vitalité de son emplacement. Sa congrégation, formée vers 1904, était alors constituée principalement de juifs issus de l’immigration russe.

D’abord, le style extérieur du bâtiment reflète la préoccupation de la population juive de ne pas s’imposer dans le paysage urbain. Le bâtiment est en fait une reconversion d’une résidence de type duplex qui aurait été aménagé à des fins de lieu de culte vers 1920. Bien que la synagogue occupe un angle de rue, elle marie très bien au paysage ambiant et l’on ne peut deviner sa fonction que par des signes subtils : étoiles de David sur les verrières des fenêtres, inscriptions en hébreu sur la façade et tour d’angle.

L’intérieur, pour sa part, est très caractéristique du judaïsme. La séparation physique des hommes et des femmes se fait par l’accès différencié à deux étages, la tribune en forme de fer à cheval étant attribuée à ces dernières. L’ornementation intérieure comprend des œuvres de l’artiste Sheidvasher illustrant les signes du Zodiaque et les douze tribus d’Israël ainsi qu’un décor peint. Enfin, la bimah — l’estrade où se lit la Torah et où est célébrée la liturgie — occupe la position centrale, comme le veut également la tradition.

La synagogue Beth Scholomo est aussi dotée d’un riche mobilier dont elle a hérité lors du déménagement de la congrégation Shaar Hashomayim en 1922. Il comprend notamment une arche sainte qui est encastrée sur le mur Est et dont l’acajou proviendrait de la ville d’Anvers en Belgique à l’origine. Elle conserve actuellement neuf Torahs. L’ensemble de l’intérieur est mis en valeur par une verrière zénithale qui illumine les éléments essentiels du décor.

Grâce à l’entretien régulier dont elle a fait part, la synagogue Beth Scholomo est un témoin important de l’histoire de l’établissement des Juifs au Québec et, plus particulièrement, de ce quartier montréalais. Si notre patrimoine religieux est principalement composé d’églises chrétiennes, l’apport des autres communautés religieuses n’est certes pas à négliger.

Appel à tous : N’hésitez pas à m’écrire au simon.maltais@novalis.ca afin de me suggérer d’autres lieux exceptionnels du patrimoine religieux québécois ou canadien.

Source : Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (2003)

Image : Montréal, 21 oct. 2009. Le 3917, rue Clark., Philippe Du Berger (2009)

3 Comments

  1. À l’angle de quelles rues, spécifiquement? Une photo de la bâtisse aurait été appréciée! Merci pour l’information. Intéressant.

  2. Pardon. Je viens de voir la photo de l’immeuble et son emplacement. Désolée…

    • Bonjour!

      La synagogue est située à l’angle des rues Bagg et Clark. J’aimais bien la photo qui illustre cet article, car elle montre bien l’intégration remarquable du bâtiment dans le reste du quartier.

      Merci de votre intérêt pour cet article.

Laisser un commentaire