Patrimoines d’exception – Monastère bouddhiste Tam Bao Son

La région des Laurentides possède des lieux de culte qui sortent particulièrement de l’ordinaire. Je vous avais auparavant présenté l’église Knox de Crystal Falls qui est l’un des derniers vestiges d’un village maintenant disparu. Si, au détour d’une montagne, vous vous aventurez sur le chemin de la Rivière-Rouge, il est bien possible que vous atteigniez un lieu tout droit sorti de l’autre bout du monde, soit le monastère Tam Bao Son.

Bien niché au creux de la vallée de la rivière Rouge, dans le comté de Harrington, ce lieu de culte bouddhiste est en activité depuis 1988. Il comprend le plus grand temple de cette religion au Canada. Il a été construit par ceux qu’on appelait les Boat-people, ces migrants d’Asie du Sud-est qui ont fui le communisme dans les années 1970 et 1980 et qui ont été nombreux à s’installer au Canada, en grande partie au Québec.

Le bâtiment principal, à la toiture à corniches rouges qui rappelle les constructions typiques d’Extrême-Orient, sert bien sûr de temple, mais aussi de centre de formation pour des moines et moniales bouddhistes de partout au Canada. Malgré qu’il soit le lieu d’une importante activité religieuse, le monastère est ouvert au public qui peut s’entretenir avec les moines, mais aussi admirer les centaines de statues du Bouddha.

Parlons-en de ces statues ! Ce sont vraiment elles qui volent la vedette, car elles se trouvent partout : dans l’allée centrale menant au temple, mais aussi dans plusieurs jardins thématiques qui narrent les différents moments de la vie et les aspects du Bouddha. La plupart des statues sont monumentales et font plus de deux mètres généralement, mais la plus impressionnante est celle du Bouddha de la compassion, Avalokiteshvara.

Inaugurée en 2015, cette statue de pierre haute de vingt mètres, la plus imposante au Canada, surplombe le temple. Son histoire est intimement liée à celle des Boat-people qui lui voue une dévotion particulière, car il est réputé les avoir grandement aidés dans cette épreuve. Son inauguration avait alors rassemblé plus de 10 000 bouddhistes venus de partout au Canada.

Même s’il fait témoignage d’un passé plus récent que la plupart des églises du Québec, le monastère Tam Bao Son contribue indéniablement à notre patrimoine, car il rappelle la grande solidarité qui a permis à des dizaines de milliers d’immigrants de trouver une nouvelle vie paisible à nos côtés. Ce lieu de culte, bien intégré dans un paysage fort différent de celui de sa culture d’origine, est à l’exemple de la communauté vietnamienne qui s’est fièrement inscrite dans notre tissu social.

Appel à tous : N’hésitez pas à m’écrire au simon.maltais@novalis.ca afin de me suggérer d’autres lieux exceptionnels du patrimoine religieux québécois ou canadien.

Image : Tam Bao Son ESC_4385 W, delombre (2017)

Laisser un commentaire