Des superhéros en quête de sens

S’il y a une faculté qui me paraît essentielle à quiconque assume aujourd’hui une responsabilité pastorale, ou plus largement à tout croyant désireux de suivre autant que possible le travail continuel et surprenant de l’Esprit sur les cœurs de ses contemporains, c’est celle d’identifier les éléments de fécondité spirituelle dans la culture bigarrée de bon grain et d’ivraie qui est la nôtre.

C’est sans doute également la conviction du jésuite Sergio Guzmàn, auteur du tout nouveau Des superhéros en quête de sens. Un regard de foi sur les films de Marvel (Novalis/CRER/Bayard/Lumen Vitae, 2018). À partir de 10 films tirés de l’univers Marvel (Iron Man, Thor, Avengers, Capitaine America, etc.), il propose une grille de lecture chrétienne pour comprendre en quoi les superhéros peuvent inspirer la jeunesse d’aujourd’hui.

L’ouvrage est conçu comme un cahier d’animation pour la pastorale des adolescents et des jeunes adultes. Conséquemment, on y retrouve une structure pédagogique très claire.

Chaque chapitre s’ouvre sur la fiche technique du film. Un résumé de la situation existentielle du héros s’ensuit : par exemple, le jeune Peter Parker, dans le Spider-Man de Sam Reimi, doit affronter les défis de tout orphelin, et est partagé entre la confiance et la défiance à l’égard des autres. Auprès de son oncle et de sa tante, il apprend la grandeur d’avoir foi en son prochain, mais à l’école, où il est l’objet de moqueries, il en va tout autrement. Par ailleurs, à partir du moment où il développe ses superpouvoirs, il prend progressivement conscience que tout pouvoir, tout talent vient avec des responsabilités.

Guzmàn enchaîne avec un parallèle biblique : la parabole des talents. Il en fait une rapide exégèse, avant de pointer les liens à faire entre le film et l’extrait du Nouveau Testament.

Dans la section suivante, l’auteur décrit des scènes du film, en soulignant leur résonance spirituelle. Il propose alors quelques questions que l’on peut (se) poser pour bien intégrer les thèmes.

Trois annexes bouclent l’ouvrage : la première donne des informations de base concernant le langage cinématographique (mouvements de caméra, types de plans, etc.); la deuxième propose une méthode pour animer un ciné-club; la dernière dresse la liste des films de Marvel.

Bref, un outil comme il en existe peu, et dans un créneau, la pastorale auprès des adolescents ou des jeunes adultes, très pauvre. Il est même possible et satisfaisant, à tous âges, d’en faire une lecture linéaire, seul, afin de découvrir ou redécouvrir des personnages qui ont finalement beaucoup à nous dire et à nous révéler sur nous-mêmes.

Image: David Camerer, Today’s Superhero (2012)

Laisser un commentaire