Présence nue

Nous le concevons assez bien, la souffrance et la mort sont des expériences limites qui chamboulent notre existence et remettent en question nos repères. Ce qui apparaît moins évident, c’est que dans notre monde matérialiste où le culte de l’argent et de l’apparence règne, le don de la vie fait à l’humanité est tout aussi bouleversant. Que pouvons-nous faire lorsque tout, dans l’existence, nous déboussole ?

Dans son ouvrage Présence nue (Novalis, 2017), Claude Mailloux nous présente son approche singulière de l’accompagnement et du soin spirituel. Fort de son expérience dans les milieux carcéraux et hospitaliers, l’auteur aborde de front l’effet des épreuves limites sur le développement de la personne et esquisse les traits d’une présence à l’autre à la fois accueillante et vivifiante.

En effet, comment accompagner cet autre — qui peut être un parent, un ami, un proche — lorsqu’il souffre physiquement et spirituellement ? Sans chercher à prendre sur soi sa souffrance ou à imposer notre propre rationalisation de l’expérience vécue, la « présence nue » nous permet de créer un espace de liberté où l’apparence n’est plus un enjeu et où il est possible de ressentir pleinement le bonheur du don de la vie qui est sans conditions ni repentirs.

La première partie de l’ouvrage explique la « présence nue » à travers une synthèse de la pensée ouverte de l’auteur. Le regard anthropologique qu’il porte sur la souffrance — y compris lors d’une relecture du récit de la Genèse — offre une certaine réconciliation entre la spiritualité et celle-ci, notamment en la dépouillant de son caractère pénal et culpabilisant.

Afin d’éclairer les effets de cette présence sur l’humain, l’auteur nous présente en seconde partie des histoires qui regroupent différentes expériences de la souffrance vécue par ceux qu’il a accompagnés. La formule du témoignage est tout indiquée pour exprimer la force de vie qui se dégage des personnes souffrantes malgré le drame de leur situation ou l’imminence de la mort. Leur témoignage éloquent nous appelle à délaisser une approche intéressée dans nos relations pour privilégier plutôt le don et la communion.

Présence nue est donc un livre subtil et complexe qui mérite d’être lu — et relu — avec attention afin d’en tirer toute la profondeur de ses enseignements.

Image : Julie Gibbons, Reconciliation (2010)

1 Comment

  1. Il est parfois des livres qui changent nos vies, nos amours et nos morts.
    Parfois ce sont des extraits. Mais le mot aussi est très beau et peut-être plus juste est celui de  » passages  » qui plus que métamorphoser nous ouvre les yeux et surtout décille enfin notre regard d’aveugle sur le visible et l’invisible.
    Il suffit alors de bien regarder et de voir que sur la couverture ce sont des ailes et des mains qui font surgir un profil humain.
    Merci de votre suggestion

Laisser un commentaire