Jésus : Que la lumière soit!

De nos jours, la bande dessinée n’est plus snobée comme avant. Le développement du sous-genre des romans graphiques et la multiplication des séries dramatiques – qui s’adressent autant aux jeunes qu’aux adultes – ont durablement redoré le blason du neuvième art. Si les thèmes religieux y trouvent parfois leur place, ils sont trop souvent abordés sous des angles extrêmes, soit ultra-critiques ou, au contraire, abusivement complaisants. C’est pourquoi j’ai été agréablement surpris par la finesse qu’on retrouve dans le récent Jésus : Que la lumière soit! (Éditions du Signe, 2019) qui sera disponible au Québec dès le mois d’août 2019.

Un petit mot d’abord sur les artisans de cet album. Le scénariste, Bruno Rabourdin – alias Brunor –, est un nom connu de la bande dessinée des milieux catholiques européens. À la fois scénariste et illustrateur, il s’est distingué deux fois au festival d’Angoulême, la plus grande foire de bande dessinée francophone au monde. Quant à lui, Jean-François Cellier est un jeune illustrateur qui gravite lui aussi dans les milieux de la bande dessinée chrétienne.

Jésus : Que la lumière soit! reprend l’important récit de la guérison d’un aveugle-né rapporté dans l’évangile de Jean (9, 1-41). Cette histoire, tout en finesse, aborde la question du péché et de la justice, mais aussi celle de la souffrance et de son origine. À la lecture du récit, on comprend que l’aveugle-né n’est pas si aveugle que ça, car, lorsqu’il a recouvré la vue, il a su reconnaître le Fils de Dieu. Ce qui n’est pas le cas des Judéens qui n’ont pas vécu avec son handicap.

Cette bande dessinée présente le récit de façon admirable. D’abord, saluons le travail de l’illustrateur et coloriste qui a su rendre la cécité de Yo – l’aveugle-né – perceptible dans les teintes et le flou des dessins. Après sa guérison, l’album se pare de couleurs vives et le dessin s’affermit, entraînant chez le lecteur le sentiment d’avoir pris part, lui aussi, à ce miracle.

Pour ce qui est du scénario, la bande dessinée reprend tous les moments du récit de façon fidèle, si bien que même les dialogues sont reproduits textuellement. L’auteur s’est cependant permis d’intéressantes libertés qui permettent d’intégrer dans le scénario d’autres moments marquants des Évangiles et du contexte historique de l’époque. Le tout offre une immersion fascinante dans la Jérusalem du temps de Jésus.

En choisissant un personnage secondaire de l’histoire de Jésus comme point de vue principal, Jésus : Que la lumière soit! offre un éclairage original au récit évangélique. C’est sans nul doute un élément important qui explique la qualité de cette bande dessinée qui saura intriguer les bédéphiles moins portés sur les sujets religieux.

Image : Die-Geschichte-von-Jesus-Der-Eine-Blind-Geborene-Person-Heilt-min, Zhui Guang zhe (2019)

10 Comments

  1. il nous manque un résurrecter humain de la résurrection et un dieu qui ne prend pas l’apparence d’une forme humaine pour que la religion soit complète.

  2. pour revenir sauver le monde, nous devrions bâtir un complexe catholique doté d’un migrantorium, une école, un hôpital, une résidence pour personnes agées et d’une salle paroissiale pour les pauvres et les moins pauvres.

  3. jésus a toujours été là pour les opprimés, mais le problème c’est les opprimeurs. car l’opprimé n’a jamais demandé de se faire opprimé.

  4. jésus, moise et abraham monopolisent l’attention dans la bible, mais se pourrait-il que la religion soit plus grande que cela.

  5. entre dieu qui est tout puissant et l’homme qui est tout pauvre, il y a un équilibre équitable à atteindre que l’on devrait essayer d’atteindre par les écrits, la prière ou la communauté.

  6. une personne sourde, muette et aveugle serait pas mal la meilleure personne pour savoir qui est dieu.

  7. plutôt que des paroles ou des prières qui ne marchent pas, nous devrions avoir des recettes de dieu ou des actions concrètes de dieu.

  8. jésus choisissait les apparations, les causes, les apôtres, mais un vrai dieu est le dieu de tout le monde sans égard à sa situation ou son appartenance.

  9. entendre parler de la parole de dieu et pratiquer la parole de dieu sont deux choses complètement différentes.

Laisser un commentaire