Jésus: une encyclopédie contemporaine

Chaque année, de nouveaux ouvrages sur Jésus, savants ou non, sont publiés, ce qui en dit long sur la fascination qu’exerce toujours le Nazaréen, indépendamment de l’adhésion de foi qu’il suscite toujours dans à peu près toutes les cultures du monde. Tout de même, 2017 nous aura gâtés, nous lecteurs francophones : deux encyclopédies sont parus à la fin de l’automne, l’un sous marque Albin Michel, l’autre sous marque Novalis.

Je n’ai pas eu le loisir de feuilleter le livre publié par Albin Michel, mais les commentaires à son égard sont élogieux. On loue particulièrement la qualité scientifique de ses articles.

Je connais évidemment davantage l’encyclopédie de Novalis. En contraste, ce dernier mise davantage sur une approche visuelle soignée (plus de 200 photos, dont certaines en pleine page) et un traitement éditorial grand public. C’est un « beau livre » qui n’a rien à envier, matériellement, aux coffee table books, entre autres grâce à la collaboration des éditeurs du Monde de la Bible – son rédacteur en chef signe justement le prologue de l’ouvrage.

Le lecteur y découvre ce que l’on sait aujourd’hui sur Jésus par le biais de l’archéologie, de l’histoire de l’art, de l’exégèse, de la théologie et de bien d’autres disciplines. Toutefois, la perspective dominante est celle des sciences de la religion. Est-ce dire que tout regard de foi sur Jésus est évacué ou discrédité ? Non, loin s’en faut, mais on sent bien que le projet fut pensé pour ne s’aliéner aucun public, qu’il soit croyant ou non. Conséquemment, le fidèle moyen ne sera sans doute pas offensé par sa lecture, mais le « pur et dur » trouvera peut-être que l’on y fait trop de concessions aux sciences humaines, au détriment du Jésus « Christ de la foi » tel qu’on peut s’en faire un portrait à partir de l’enseignement de l’Église.

Par-delà les renseignements sur Jésus et son époque, on peut apprécier que cette encyclopédie nouveau genre donne également des clés de compréhension des enjeux qui découlent de l’interprétation de la figure de Jésus – notamment les conflits au Moyen-Orient et le dialogue interreligieux. C’est là que les contributions tant de l’histoire de l’art que des sciences des religions livrent leur vrai potentiel. Et c’est également en cela que l’encyclopédie mérite son qualificatif de « contemporain ».

Autre section particulièrement intéressante : « Regards d’écrivains » Par l’intermédiaire de textes choisis d’Augustin, de Ronsard, de Bossuet, de Renan et de plusieurs autres, le lecteur est confronté à divers « portraits » très suggestifs et différenciés de Jésus. Puisque cette section clôt l’ouvrage, on sort donc de celui-ci avec une inévitable question dans l’esprit : « pour moi, qui est Jésus de Nazareth? ».

Image:

1 Comment

  1. Comme je n’ai vu et lu aucun de ces livres, je me prononcerai seulement sur la dernière ligne de l’article. Si la lecture de ce document amene à se poser cette question, il aura atteint son objectif. Pour moi, c’est la reflexion à laquelle chacun est invité à se poser pour vivre selon sa conscience et en vérité ! Merci !

Laisser un commentaire