Je vous salue Marie

Ce vendredi aura lieu la journée internationale des femmes, qui souligne les progrès faits dans la lutte pour les droits des femmes, plus particulièrement en ce qui a trait à la réduction des inégalités avec les hommes. Si cette lutte est toujours d’actualité dans l’Église et dans la société, il est bon de se rappeler que l’une des figures centrales du christianisme est une femme : Marie. Dans une méditation inédite sur la prière du Je vous salue Marie (Novalis, 2019), le pape François nous partage ses réflexions sur une femme d’exception.

Le projet éditorial reprend la formule très réussie de Quand vous priez, dites Notre Père (Novalis, 2018), soit une discussion franche entre le souverain pontife et l’aumônier de la prison de Padoue, Marco Pozza. Les échanges cordiaux, bien éloignés des formulations théologiques habituelles, reprennent verset par verset l’une des prières les plus connues et aimées du christianisme. Et le résultat en est des plus inspirants.

Au-delà des habituelles réflexions sur la maternité, les deux hommes portent un regard frais sur la Vierge qui met de l’avant des attributs moins fréquemment abordés. Notamment son caractère primordial dans l’économie du salut, elle qui a été essentielle pour l’incarnation du Seigneur et notre rédemption. Elle est, selon la belle image d’Irénée de Lyon, celle qui dénoue les nœuds de l’existence.

Les échanges entre le pape et Marco Pozza sont complétés, versets après versets, par le texte de messages livrés par François lors de différentes cérémonies et qui approfondit les thèmes développés. À cela s’ajoutent de nombreuses anecdotes, si caractéristiques du souverain pontife et qui lui donnent sa dimension humaine. Enfin, l’entretien se termine par une discussion autour du Magnificat qui rappelle entre autres l’importance de Marie pour les musulmans.

Pour vous donner un aperçu du ton de l’ouvrage, voici ce que François a à dire sur l’évangile de Noël :

Marie ne parle pas : l’évangile ne rapporte pas même une seule de ses paroles dans tout le récit de Noël. Même en cela, la Mère est unie à son Fils. Jésus est un enfant, c’est-à-dire « sans paroles » […] Le Dieu devant qui l’on se tait est un bébé qui ne parle pas. Sa majesté est sans paroles, son mystère d’amour se révèle dans la petitesse. Cette petitesse silencieuse est le langage de sa royauté. La Mère s’associe à son Fils et elle garde dans le silence.

Je vous salue Marie se termine par un petit texte de Marco Pozza intitulé Une mère parmi les loups. Ce très court récit, inspiré de son expérience comme aumônier de la prison de Padoue, illustre toute la force de Marie qui sait rejoindre le cœur de tous, y compris celui des prisonniers. C’est une bien belle conclusion à un ouvrage nourrissant pour ceux et celles qui laissent une place à la Vierge dans leur vie.

Image : St.-Marien-Kirche – Marienkrönungsaltar – Stralsund 02, Stefan (2013)

1 Comment

  1. Marie notre mère aire nous bénir et nous chérir. On continue à le faire réciproquement!!!

Laisser un commentaire