En quoi je croîs

Il y a de ces livres qui changent la perspective que nous avions sur un sujet ou sur une personne. C’est d’autant plus vrai lorsque la personne dont il est question préfère ne pas se mettre de l’avant. C’est ce qui m’est arrivé à la lecture de En quoi je croîs (Novalis, 2017), un petit essai d’autobiographie spirituelle signé par Dominique Boisvert, l’un des pères du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV). Car en plus d’être une personne engagée corps et âme à l’amélioration de la société, Dominique Boisvert est aussi un chrétien convaincu et convaincant.

Si ce militant a accepté, bien malgré lui, d’être le sujet de ce livre, c’est bien à cause de l’importance de sa foi dans l’ensemble de son parcours. Malgré le caractère moteur de celle-ci, il l’a souvent vécue comme faisant partie d’un « monde religieux parallèle », distinct de son activité de militance. Si bien qu’à plusieurs égards, il a vécu le mariage de ces deux pôles comme une sorte de vocation spécifique.

L’intérêt de ce mélange tient donc en partie à son exemplarité. En effet, dans le Québec moderne — et hostile au religieux — d’aujourd’hui, les voix exprimant une profonde préoccupation pour les questions sociales et spirituelles se font malheureusement trop rares. C’est que la césure de la « Révolution tranquille » a refoulé la plupart de ces paroles hors de la sphère publique, sans égard à leur pertinence.

Et de la pertinence, le message de Dominique Boisvert en a à revendre ! Fidèle témoin des bouleversements de la société québécoise moderne, il démontre avec force et vigueur l’importance de tout faire pour pallier les injustices de ce monde. En s’impliquant dans des causes comme celle de la simplicité volontaire, de la non-violence ou encore de la solidarité internationale, son regard sur la situation des plus démunis est de toute première main.

En quoi je croîs livre donc un témoignage percutant qui est tout aussi pertinent que celui de ses deux plus récents livres chez Novalis, soit La « pauvreté » vous rendra libres ! (2016) et Québec, tu négliges un trésor ! (2015). Sans conteste, Dominique Boisvert n’a pas fini de faire entendre parler de lui, d’autant plus que ses plus récents engagements l’ont amené à la mairie de Scotstown, son village d’adoption.

Oh, et si vous souhaitez le rencontrer, il fera le lancement de En quoi je croîs ce jeudi 23 novembre à la Librairie Paulines de Montréal… conjointement avec NONVIOLENCE, son autre livre paru cette année chez Écosociété. Comme quoi cet auteur prolifique n’a pas fini de nous surprendre !

Image : Alessandro Gandolfi, Croissance (2017)

1 Comment

  1. Autrefois, jadis, naguère et il y a longtemps on disait de quelqu’un « c’est un saint homme » pour désigner un homme bon et juste et simple. C’est rassurant selon ce que vous écrivez qu’il en existe encore à notre époque de tapages et de tape-à -l’oeil de toutes sortes. Merci à vous, à lui et bon lancement à tous en direction des étoiles et de la terre qui a elle, bien besoin et nécessité de nous et de notre bonne volonté.

Laisser un commentaire