Le deuil au fil des saisons

Devoir renoncer à un projet, à un emploi ou à une relation amène certes son lot de souffrances, mais c’est lors de la mort d’un être cher que l’on constate réellement toute l’ampleur du travail de reconstruction nécessaire pour retrouver son équilibre intérieur. Dans ces moments de peine et de remise en question, il est bon d’être accompagné afin de ne pas sombrer dans le désespoir. Sans avoir la prétention de remplacer les proches, c’est l’objectif de Le deuil au fil des saisons (Novalis, 2017) que d’offrir un soutien à la fois concret et inspirant aux personnes endeuillées et à celles qui les accompagnent.

L’auteure, Viviane Archambault, a eu l’intuition derrière le titre de ce livre au contact de la nature : les étapes du deuil ne se reflètent-elles pas dans le cycle naturel des saisons ? Fortement inspirée par les enseignements de Jean Monbourquette, prêtre, psychologue et auteur d’une vaste œuvre sur le deuil chez Novalis, elle lie le passage du temps au processus de guérison qu’il faut nécessairement traverser pour surmonter un deuil.

À l’opposé des impératifs de notre société surexcitée qui mise sur l’instantané, le deuil demande en effet du temps, au moins une année complète selon l’auteure. Être à l’aise avec la temporalité particulière du deuil a même des vertus thérapeutiques, car cela nous permet de le vivre au même rythme que la nature. « Lorsqu’un automne vous dépossède de tous vos moyens, vous entraîne dans un hiver où tout vous semble désespéré, sachez qu’un printemps vous attend patiemment. Il vous dirigera vers un été ensoleillé, et l’énergie de la vie reprendra ses droits. »

En plus du temps, pour vivre le travail du deuil le plus harmonieusement possible, il est important de ne pas se sentir seul et de ne pas être démuni devant ses propres réactions. « Parce que, lorsqu’on ne comprend pas, on a peur. Accroître ses connaissances sur ce que l’on vit nous donne le courage d’effectuer les tâches exigées par le deuil », souligne l’auteure. Par conséquent, l’un des principaux enjeux du processus de guérison sera de s’assurer d’être bien accompagné.

Il n’y a pas de recette miracle pour surmonter un deuil. Néanmoins, le chemin est beaucoup plus facile à parcourir lorsque l’on sait à quoi s’attendre et que l’on a les bonnes ressources pour y parvenir. Si Le deuil au fil des saisons vous permet d’être moins démuni dans cette épreuve, il aura alors rempli son office.

Image : pommier en fleurs, gato bond (2017)

Laisser un commentaire