Prier autrement

Dans le palmarès des activités que nous qualifions spontanément comme religieuses, on peut s’attendre à ce que la prière occupe une place de choix. Elle fait partie du quotidien de bien des croyants, toutes confessions confondues. Mais on s’attarde généralement moins à essayer de définir et comprendre ce qui constitue vraiment la prière. C’est ce qu’a fait André Myre dans son dernier ouvrage paru aux Éditions Novalis, Prier autrement. À l’écoute des évangiles (2017).

D’emblée, l’auteur concède qu’il n’a jamais eu la prière facile malgré sa foi indéniable et ses plongées quotidiennes dans les textes bibliques. À la suite d’une épreuve récente, il en est venu à se questionner sur la nature de la prière d’intention. Dans le fond, que veut-on exprimer lorsqu’on dit « je vais prier pour vous » ? La question est loin d’être anodine, d’autant plus qu’un certain malaise contemporain fait en sorte que même les plus croyants hésitent parfois à employer ce terme.

Fidèle à son habitude, l’auteur s’est tourné vers la Bible pour y trouver une réponse. Si c’est à un voyage sémantique à travers l’Ancien et le Nouveau Testament auquel nous sommes initialement conviés, on quitte rapidement la lettre pour s’interroger sur le sens profond du rôle, et de la force, de la prière. En s’attachant aux pas de Jésus, on découvre alors un tout autre visage de la prière, qui est une petite révolution par rapport à l’approche qui prévaut au Proche Orient de l’époque.

Car dans les faits et gestes de Jésus, la prière perd son caractère officiel — la vraie prière de l’Ancien Testament est celle du roi et de ses prêtres — et prend une dimension beaucoup plus individuelle et intime. Elle se libère aussi des atours purement religieux et contemplatifs pour prendre un caractère beaucoup plus concret et matériel : la prière devient ainsi un acte d’amour qui se manifeste dans les petites attentions du quotidien que se portent mutuellement les membres de la communauté chrétienne naissante.

Prier autrement est un ouvrage à la fois puissant et accessible qui, sans contredit, élargira votre perception de la nature de la prière… pour le mieux !

Image : Hoang Mai, Guignolée 2011, La Prairie (2011)

Laisser un commentaire