Quand Charlebois chantait la Bible

COLLABORATION SPÉCIALE: Jean Grou, rédacteur en chef de Prions en Église.

«Vous entendrez parler de guerres et de soulèvements. Ne vous effrayez pas; il faut que ces choses arrivent d’abord. […] Ce ne sera pas sitôt la fin.»

 Ça vous dit quelque chose? Mais oui, ce sont des paroles de Jésus telles que rapportées dans les évangiles!  Vrai. Mais en fait, je les ai retranscrites du livret de paroles du disque Robert Charlebois de la collection Québec Love.

Il s’agit du début de la chanson La fin du monde, parue pour la première fois sur l’album Québec Love en 1969 (Gamma GS 136, réédité en CD en 1991, Gamma G278). J’avais alors neuf ans et je me souviens qu’en écoutant la pièce, je m’étais dit : «Tiens, c’est comme ce qu’on entend parfois à la messe.»

Mais ce n’est que plus récemment – il y a une dizaine d’années peut-être –  que j’ai découvert que l’ensemble des paroles de cette chanson est directement inspiré de passages du Nouveau Testament. Voyez plutôt (les références bibliques entre parenthèses sont de moi) :

Aah aah-aah-aah-aah-aah-aah

Vous entendrez parler

De guerres et de soulèvements

Ne vous effrayez pas

Il faut que ces choses arrivent d’abord (Matthieu 24, 6; Marc 13, 7; Luc 21, 9)

Mais, aimez-vous les uns les autres (Jean 13, 34)

Ce ne sera pas

Sitôt

La fin. (Matthieu 24, 6; Marc 13, 7; Luc 21, 9)

 

Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice (Matthieu 5, 10)

[Bienheureux]

Bienheureux ceux qui pleurent car ils seront consolés (Matthieu 5, 5)

[Bienheureux]

Bienheureux serez-vous quand les hommes vous haïront (Matthieu 5, 11)

[Bienheureux]

Bienheureux les pacificateurs (Matthieu 5, 9)

 

Le premier ange sonna de la trompette

            le tiers de la terre fut incendiée

            le tiers des arbres fut incendié (Apocalypse 8, 7)

Le deuxième ange sonna de la trompette

            le tiers de la mer devint du sang

            et le tiers des poissons mourut (Apocalypse 8, 8-9)

Le troisième ange sonna de la trompette

            il tomba du ciel une grande étoile

            qui brûlait comme un flambeau (Apocalypse 8, 10)

Le quatrième ange sonna de la trompette

            et furent frappés le tiers du soleil

            le tiers de la lune et le tiers de étoiles (Apocalypse 8, 12)

Le cinquième ange sonna de la trompette

            et des scorpions torturèrent

            le tiers des hommes pendant cinq mois (Apocalypse 9, 1-5)

Le sixième ange sonna de la trompette

            et le tiers des hommes mourut

            et les anges se mirent à hurler (Apocalypse 9, 13.18)

Je ne crois pas me tromper en disant qu’il s’agit de la seule pièce du répertoire populaire québécois constituée d’un collage de citations néotestamentaires. C’est d’autant plus remarquable qu’elle soit de Robert Charlebois, qui ne nous a pas habitué à de la bondieuserie, loin de là. Et elle est parue en pleine Révolution tranquille, alors que le Québec, avec ses artistes en tête, commençait à jeter la religion catholique par-dessus bord. Charlebois lui-même, avec ses comparses, attiraient les foules avec le célèbre Osstidcho. Bref, c’est vraiment étonnant !

Quand j’ai pris conscience de la forte inspiration biblique de cette chanson, je me suis précipité sur le livret du CD, paru en 1993. J’y ai trouvé : «Paroles et musique : Robert Charlebois (avec la participation d’Yvon Deschamps, de Louise Forestier et de Mouffe), 1969». Aucune mention de la Bible, ni du Nouveau Testament, ni des évangélistes, ni de l’auteur de l’Apocalypse. Loin de moi l’idée de crier au complot antichrétien ou anticatholique, mais il me semble qu’une toute petite note sur la source d’inspiration aurait été de circonstance, ne serait-ce que par souci d’honnêteté intellectuelle…

Remarquez, je ne sais pas ce qui apparaissait sur la pochette ou le microsillon de l’édition originale, en 1969. Certains et certaines d’être vous le possédez peut-être; n’hésitez pas à me dire ce qu’il en est.

Photo: quelquepartsurlaterre, Robert Charlebois (2008)

1 Comment

Laisser un commentaire